La stratégie de maitrise des risques adoptée par l’InterAfricaine de la Prévention des Risques Professionnels (IAPRP) s’appuie entre autre, sur l’organisation par certains pays membres, selon leur potentiel, d’activités promotionnelles sous régionales à caractère régulier. A l’instar de ces pays, la Guinée, dont le sous-sol est riche en divers minerais et les activités économiques dominées par leur exploitation, a obtenu lors de la concertation des Directeurs Généraux au 9   ème  forum des Comités de Sécurité et Santé au travail, tenu du 07 au 11 août 2017 à Cotonou, l’organisation du congrès africain sur la sécurité et la santé dans les mines et carrières.

Selon la convention 176 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) , le terme mine comprend tout site à ciel ouvert ou souterrain et l'ensemble des machines, équipements, accessoires, installations, bâtiments et structures de génie civil utilisés pour les activités d'exploration et d'extraction de minéraux ainsi que pour la préparation des matériaux extraits à l'exception du pétrole et du gaz  1.

Ces activités minières ont, dans presque tous les pays du monde, des répercussions importantes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la santé des travailleurs ainsi que la vie sociale des communautés avoisinantes.

Du point de vue économique, le secteur minier occupe environ 1% de la main-d’œuvre mondiale. Cependant, il compte pour une part importante du produit intérieur brut (PIB) d’un grand nombre de pays en développement et constitue même souvent l’essentiel des exportations. En 2012, le PIB du secteur minier représentait 6,6% dans le produit intérieur brut de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) contre 4,7% pour le Bâtiment et Travaux Publics (BTP). De même, le poids des produits miniers dans les exportations du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo s’élevait respectivement à 73%, 84%, 54%, et 45% 2 . En Guinée, les exportations minières représentaient en 2017, 78% du PIB. C’est donc un secteur en plein essor qui augure une forte croissance les prochaines années.

.

Texte Odoo et bloc d'image
Odoo image et bloc de texte

Du point de vue environnemental, les exploitations génèrent des effets néfastes considérables et de longue durée. En effet, la quantité de déchets produits représente au moins le double de celle de la matière recherchée. Pour obtenir une once d’or ou une tonne de cuivre, il faut traiter respectivement 12 et 30 tonnes de minerai 3 . En outre, les procédés de séparation chimique du minerai des déchets, nécessitent l’utilisation de certains produits chimiques polluants pour l’environnement et les cours d’eau tels que le mercure, le cyanure etc. 

En dépit des efforts consentis pour améliorer la sécurité et la santé au travail, le nombre de décès, de lésions, d’incapacité précoce et de maladies chez les travailleurs des mines et carrières demeurent relativement élevé. L'Organisation Internationale du Travail (OIT) a rapporté que plus de 330.000 employés meurent chaque année dans des accidents qui se produisent dans les mines 4 .

Les multiples risques liés au bruit, aux poussières, aux vibrations, à l’utilisation d'engins dangereux et d’explosifs, confèrent à ces activités une forte dangerosité. Ces conditions de travail s’avèrent dramatiques dans les mines artisanales où le travail ne répond à aucune norme. A cela, s’ajoute, l’exploitation des enfants, des travailleurs migrants et la problématique du travail des femmes.

Bien qu’étant une source d’emploi et de développement pour le pays, ces activités n’ont pas toujours d’impacts positifs sur les communautés avoisinantes. Aussi, l’installation des sites miniers s’accompagne parfois de crises sociales. Les conflits liés à l’indemnisation des parcelles occupées, l’expropriation des terres et la faiblesse des investissements dans les infrastructures sociales sont autant de points de désaccord avec les communautés locales. La délinquance juvénile et les problèmes de drogue, l’alcoolisme et la prostitution gangrènent très souvent les villes et villages situés à proximité de ces sites miniers.

Le 1  er Congrès Africain sur la Santé et la Sécurité dans les Mines et Carrières (CASSMICA) de Conakry dont le thème central est    « Santé et Sécurité au travail dans les mines et carrières en Afrique »  , apparait comme un cadre d’échange approprié pour analyser dans toutes ses dimensions, le contexte de travail dans les mines et carrières en Afrique.